Accueil du site > Actions > Culture, sport, jeunesse, tourisme > Archives départementales > Dossier pédagogique : histoire de l’aéronautique dans le Cher, (...)

Dossier pédagogique : histoire de l’aéronautique dans le Cher, 1910-1945

Mise à jour 10 février 2012.

Thèmes Culture Patrimoine

Ce nouveau dossier pédagogique Histoire de l’aéronautique dans le Cher, 1910-1945 des archives départementales accompagne l’exposition les Ateliers du ciel qui était présentée au public jusqu’au 5 février 2012. De nombreux documents historiques utilisables en classe, des animations, etc. sont disponibles sur le site.

« Depuis des milliers d’années, l’homme observe le ciel et rêve de le conquérir. Pour permettre à Icare de s’échapper de Crête où il est emprisonné, Dédale fabrique des ailes collées aux bras de son fils avec de la cire. Après un envol réussi, ce dernier abandonne toute prudence et s’élève de plus en plus haut : la chaleur solaire fait fondre la cire, Icare perd ses ailes, tombe dans la mer et se noie. En voulant imiter l’oiseau, Icare est un ancêtre de l’aviation. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les hommes inventent inlassablement des machines plus lourdes que l’air qui n’ont de volantes que le nom. Soudainement, le 2 octobre 1890, l’ingénieur français Clément Ader crée le premier appareil dirigé par un pilote et capable de décoller du sol. Baptisé « avion » par son inventeur, cette machine en forme de chauve-souris parvient à effectuer quelques bonds pétaradants. Partout dans le monde, dès le début du XXe siècle, les pionniers de l’aéronautique moderne se lancent à leur tour dans l’aventure aérienne : leurs exploits font l’admiration de l’opinion publique. En décembre 1903, les américains Orville et Wilbur Wright réussissent à faire voler un appareil avec un vrai moteur. Les premiers ateliers d’aéronautique sont créés. En France, berceau de l’aviation, Louis Blériot réalise un exploit aérien en traversant la Manche sur son fragile monoplan le 25 juillet 1909.

Du 20 au 25 octobre 1910, un meeting aérien intitulé « Bourges Aviation », est organisé par l‘aéroclub du Berry dans la capitale du Berry : cette manifestation est l’acte de naissance véritable de l’aviation dans le département du Cher. Peut-on imaginer que trente cinq années plus tard, au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale, l’avion connaisse une évolution technologique aussi vertigineuse, qu’il soit produit industriellement, ou qu’il soit employé comme une arme redoutable lors des deux guerres ? Les années 1910-1945 sont donc une période de forte croissance de l’aéronautique dans le Cher. Elle précède la seconde moitié du XXe, période pendant laquelle l’usine de Bourges (actuelle société MBDA) produit de gros avions destinés au transport aérien ou à l’armée de l’Air (Transall), puis des missiles, tandis que la base d’ Avord adopte les avions à réaction et connaît un développement sans précédent.

Inaugurée le 23 juillet 1912, l’école de pilotage d’ Avord, est devenue la première école d’aviation au monde pendant la Première Guerre mondiale. Deux décennies plus tard, la société aéronautique Hanriot, installée à Bourges depuis 1928, fusionne avec les avions Farman afin de donner naissance à la S.N.C.A.C. (Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Centre), ancêtre de la S.N.C.A.N. , de la S.N.I.A.S. et de M.B.D.A. Cette société nationalisée emploie 2000 salariés environ et possède une école de pilotage et une usine destinée à fabriquer des avions entre autres. Avec les Établissements militaires de Bourges, la S.N.C.A.C. est la plus grande usine du département du Cher à cette période.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la base d’ Avord est utilisée par la Luftwaffe afin de former des pilotes allemands et lancer des raids aériens contre l’Angleterre. La S.N.C.A.C. de Bourges est dirigée par des sociétés d’aviation allemandes qui réparent ou produisent de nombreux appareils avec du personnel français. Malgré la répression, des salariés de la S.N.C.A.C. résistent à l’occupant nazi en refusant d’effectuer le Service du Travail Obligatoire par exemple. A partir de 1944, la base d’Avord, l’aéroport de Bourges et la S.N.C.A.C. sont bombardés par des appareils anglo-américains puis sabotés par l’armée allemande. Après la Libération, il faut les reconstruire en collaboration avec l’État.

Ce dossier pédagogique offre aux enseignants 78 documents historiques locaux utilisables en classe de troisième et de première. Il comporte 5 fiches pédagogiques, une chronologie, une bibliographie, des animations et un coin des enseignants afin que les lecteurs puissent aisément comprendre les documents. Il devrait intéresser plus largement tous ceux qui souhaitent découvrir l’histoire de l’aéronautique dans le Cher. Ce dossier accompagnera l’exposition présentée par les Archives départementales du Cher à la fin de l’année 2011, consacrée au même thème. »

Alain GARDANT Professeur chargé du service éducatif des Archives départementales du Cher

Histoire de l’aéronautique dans le Cher, 1910-1945