Accueil du site > Actions > Economie et enseignement supérieur > Soutien à l’enseignement et la recherche > ENSI et ENSA, formations d’excellence reconnues

ENSI et ENSA, formations d’excellence reconnues

Mise à jour 6 décembre 2011.

Thèmes Aménagement du territoire Chermag33 Développement économique Éducation Enseignement supérieur

Au cœur de l’offre universitaire du Cher se distinguent particulièrement deux établissements de renommée nationale : l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Bourges (ENSI) et l’École nationale supérieure d’arts de Bourges (ENSA).

Avec plus de 4 000 jeunes de niveau post-bac, le département du cher se veut un pôle complémentaire aux grandes agglomérations étudiantes que sont Orléans et Tours. « ce qui nous caractérise, c’est une forte vocation technologique  », explique Jean-Pierre Saulnier, Vice-président du Conseil général notamment chargé de l’enseignement supérieur.

l’ENSi, spécialisée dans le risque sous toutes ses formes

L’ENSI de bourges est emblématique du savoir-faire local en matière de risque, elle qui a réparti son cursus de formation en deux filières : maîtrise des risques industriels et Sécurité et technologies informatiques. Forte d’environ 500 étudiants recrutés à bac + 2 sur le site de Lahitolle, l’école propose par ailleurs des masters de recherche et des masters spécialisés en sécurité et sûreté nucléaires et gestion globale des risques et des crises.

Aujourd’hui, l’ENSI réfléchit à rejoindre le réseau national des instituts nationaux des sciences appliquées (INSA). À la clé, un changement total de profil puisque les INSA recrutent au niveau bac pour cinq ans et regroupent parfois plusieurs milliers d’élèves. « Nous n’en sommes qu’aux premières réflexions, indique le directeur Joël Allain. En revanche la mise en place d’un parcours d’études en cinq ans, avec le recrutement, dès 2012, de 50 jeunes bacheliers sur Bourges, est plus avancée. »

l’ENSA : un parcours artistique généraliste très recherché

Autre institution phare, l’École nationale supérieure d’arts de bourges. « Il n’y a que sept écoles comme la nôtre en régions, explique son directeur Stéphane Doré. Le rayonnement de notre établissement est donc national même si nous jouons également un grand rôle à bourges en animant par exemple toute une partie de la vie culturelle urbaine. » Installé en plein centre-ville, l’établissement propose à ses 200 étudiants cinq années d’un enseignement artistique réparti dans de nombreuses disciplines dont l’image en mouvement, le son, mais aussi le dessin ou encore l’édition. cinq années conclues par l’obtention du Diplôme national supérieur d’expression plastique. « Nos jeunes diplômés vont devenir pour partie des créateurs, d’autres exploiteront leurs connaissances artistiques au sein d’un établissement tiers comme une entreprise ou l’administration. Troisième voie possible, l’enseignement.  »

Aujourd’hui, les ambitions de l’institution concernent pour partie l’international et notamment l’Asie et l’Amérique du Nord via des projets d’études menés par exemple avec l’université californienne Irvine.