Accueil du site > Actions > Routes et transports > Routes départementales > Gestion et entretien du réseau routier

Gestion et entretien du réseau routier

Mise à jour 29 juin 2010.

Thèmes Circulation Routes Transports

Une nouvelle organisation au service de la population.

Traditionnellement chargé de la gestion et de l’entretien du réseau routier départemental, le Conseil général gère désormais 152 km de routes nationales que le l’état a considéré "d’intérêt local" et transférées en vertu de la loi du 13 août 2004.

En parallèle, 290 agents d’État ont intégré le Conseil général.

Renforcée et réorganisée, la Direction des infrastructures offre à la population un service de qualité et de proximité.

Quatre centres de gestion de la route (CGR) recouvrent l’ensemble du territoire départemental et constituent des relais pour les élus et les usagers.

Ils sont implantés comme suit :

Les infrastructures participent au développement solidaire d’un territoire, en permettant l’accès aux divers équipements publics dans de bonnes conditions, et ce quelque soit l’endroit où on se situe.

Les projets routiers

Pour améliorer le réseau routier départemental, les élus du Conseil général décident les projets qui seront élaborés et mis en œuvre (modernisation d’itinéraire, aménagement de carrefour, réhabilitation de ponts...).

Une part importante du budget de la collectivité est consacré à l’amélioration du réseau routier.

Les routes doivent prendre en compte les performances des véhicules dans des limites de sécurité. La largeur des routes a ainsi peu à peu été augmentée, leur tracé amélioré et leurs accotements élargis. L’importance du trafic lié à la circulation des poids lourds nécessite une adaptation des structures de chaussées.

Le trafic routier augmente d’environ 2% tous les ans. Il est donc nécessaire de moderniser nos infrastructures routières pour les adapter aux exigences de déplacement, aux besoins de sécurité et aux nécessités économiques des habitants du département et de ceux qui le traversent.

Les projets peuvent être soumis à enquête publique, ainsi qu’à des procédures réglementaires nationales ou européennes, en particulier dans le domaine de l’environnement.

Rédaction de marchés publics, consultation, choix des entreprises, lancement des travaux et réalisation de ces derniers… Il n’est pas rare de voir s’écouler entre 3 et 10 entre l’"idée" du projet et sa réalisation.