Accueil du site > Actions > Éducation et collèges > Dossiers > Véronique Aubailly, toquée de cuisine

Véronique Aubailly, toquée de cuisine

Mise à jour 30 avril 2010.

Thèmes Chermag25 Collèges Portraits Restauration scolaire

Le 3 février dernier, Véronique Aubailly, Chef de cuisine du collège François-Le-Champi a reçu le prix du meilleur menu au concours « menu saveurs de la région Centre » [1]. Voici son portrait.

Ça a fait plaisir aux élèves du collège François-le-Champi, au Châtelet, où elle est chef de cuisine. Mais ça ne les a pas surpris. Là-bas, ça fait longtemps que « Véro » est la reine des palais !

La jeune trentenaire ne colle pas vraiment à l’image classique de la cantinière. D’ailleurs, elle aime bien bousculer l’image « Tante Marie » qu’un milieu assez macho colle aux femmes. Les « chefs » rendent volontiers hommage aux mères de famille, cuisinières du quotidien, garantes des traditions et du bon goût… Mais ces messieurs grincent souvent des dents dès que l’une d’elles ose quitter la planète popote pour s’aventurer dans leurs galaxies d’étoiles ! Bien entendu, Véronique n’a rien contre le passage de relais familial de l’amour des petits plats. À condition de ne pas s’en tenir à un héritage de recettes ou de tours de main, mais à une transmission de l’essentiel : le goût de faire plaisir avec de bonnes choses et de l’inventivité. Un plaisir où chaque sens est sollicité, pas seulement les papilles.

Le goût est primordial, mais la moitié du plat se déguste avec les yeux !

« Le goût est primordial, mais la moitié du plat se déguste avec les yeux ! Si le plat donne envie de tendre le bras pour y goûter, c’est réussi. ». Son métier lui donne l’occasion de concilier l’utile et l’agréable, alimentation du quotidien et créativité culinaire. « Même si les exigences d’une collectivité ne permettent pas un service à l’assiette, préparer les déjeuners de la cantine c’est recevoir 260 invités par jour. » Les élèves ne restent que 25 minutes à table ? « Mon objectif, c’est que le soir, une fois rentrés chez eux, ils se souviennent de ce repas. » Non seulement ils s’en rappellent, mais en plus, ils le racontent. Du coup, les parents alléchés demandent ses recettes à celle qui réussit l’exploit de faire aimer la cantoche à des ados. Pour répondre à ces « allez, donne-moi ta recette », elle a créé et anime un blog sur Internet, où chacun peut se servir !

Son apprentissage à l’école hôtelière lui a enseigné la rigueur et l’importance du service, son passage dans de grands restaurants lui a donné la passion des produits et des préparations créatives. Mais son dynamisme, c’est la vie qui lui a appris. Fille unique, ses parents se séparent juste après sa naissance, puis son père meurt alors qu’elle vient de souffler sa 1re bougie. Élevée par des grands-parents qui lui donnent beaucoup d’amour, elle a vite « la rage de s’en sortir ». « Voler de mes propres ailes, pour laisser à mes grands-parents le droit à une vieillesse tranquille ». À l’internat, elle découvre la solidarité, le partage, la générosité. Des ingrédients qu’elle met aujourd’hui dans sa cuisine. « Je n’ai pas de plan de carrière, mais je voudrais ne jamais arrêter de créer ». Pas du genre à s’endormir sur ses lauriers, la dame. Pas même ceux du bouquet garni.

Voir en ligne Les recettes de Véro

F. Toulat (portrait paru dans le Cher Magazine N°25, Photo T. Martrou)

[1] La Région Centre a également récompensé l’équipe de cuisine du collège de Sancerre par le premier prix de la meilleure recette.